J’ai testé : confectionner un carnet de voyage

Un carnet de voyage est un outil fabuleux qui permet de partager le charme et les secrets du monde entier mais aussi l’histoire de son auteur. C’est un support qui a vocation à résister au temps et à témoigner d’un lieu et d’une époque.

Pour garder des souvenirs de mes voyages, je fais beaucoup (trop ?) de choses… Comme vous le savez, j’ai une page Facebook que j’alimente avec ma soeur (Vagabondes) et un compte Instagram sur lequel je poste des photos en instantané, lorsque je suis sur place. Ces photos servent essentiellement à partager mes moments de joie avec mes amis et ma famille aussi loin soient-ils mais aussi pour tous ceux qui sont curieux de savoir où je suis et ce que j’y fais. Certains me donnent des conseils, d’autres me posent des questions : ces réseaux permettent de créer des communautés, de partager et de donner envie parfois de tester des choses différentes. C’est une sorte de mémoire publique et collective.

Swedish vibes
Swedish vibes

Lorsque je rentre chez moi, j’entreprends deux nouveaux projets : le premier consiste à rédiger des articles complets sur les lieux que j’ai visités et sur les activités que j’ai pratiquées. Je donne quelques adresses, des idées d’itinéraires, mais je fais surtout un retour sur mes impressions et mes sensations. J’ai toujours aimé écrire et je me plais donc beaucoup à faire cet exercice pour que d’autres puissent me lire et me partager à leur tour leurs idées.

Enfin, je confectionne mon carnet de voyage. C’est quelque chose de beaucoup plus personnel, que je n’ai encore jamais partagé avec personne en dehors de mes proches. J’ai l’impression que c’est ce qui restera le plus facilement pour l’avenir. On a tendance à mettre nos photos sur des clés USB puis à les oublier. On les imprime parfois mais ça devient rare. Le blog, c’est pareil, que restera-t-il de lui plus tard ? Peut-être aura-t-il pris de l’ampleur mais peut-être pas. Internet change à toute vitesse et même si on dit que rien ne disparait vraiment de la toile, j’ai besoin d’un support physique que je puisse transporter avec moi.

Une page de mon carnet new yorkais
Une page de mon carnet new yorkais

Je ne fais pas des carnets de voyage à chaque fois. Seulement sur des voyages de plus d’une semaine, qui me font entasser assez de matière en termes de choses à raconter mais aussi en termes de récolte d’objets divers et variés.

J’ai fait mon premier carnet presque un an après mon voyage en Irlande en 2015, alors qu’il fallait que je fasse du tri dans mes affaires et donc dans mes souvenirs. J’avais gardé une mauvaise pochette en carton dans laquelle j’avais entassé tout un tas de choses parfois inutiles. J’ai donc eu l’idée de coller tout ce petit foutoir dans un carnet et c’est là que j’ai commencé. Ce premier carnet est juste horrible (si si, à ce point). J’ai fait des essais, du collage, du dessin, de la peinture, etc. Rien ne va ensemble, il n’y a pas vraiment d’unité et j’ai dû admettre que j’ai assez peu de talent en peinture. Ceci-dit j’ai fait tout ça de façon logique, plutôt chronologique. J’avais opté à ce moment-là pour un cahier collé à lignes (mauvaise idée : je ne peux plus vraiment le fermer, il est trop épais).

J’ai fait mon deuxième carnet lors de mon séjour de deux semaines à New York en 2016. Vous imaginez tout ce qu’on peut récolter comme papiers, tickets de métro, emballages, places, entrées diverses, en deux semaines ? D’ailleurs, j’ai aussi appris de mes erreurs et je n’ai pas peint le moindre dessin dans ce carnet…

Ma visite de L'Empire State Building
Ma visite de L’Empire State Building

Enfin, j’ai terminé récemment mon carnet de voyage de la Suède, où j’ai passé une dizaine de jours l’année dernière. Celui-ci est un peu plus travaillé, je me suis beaucoup inspirée du scrapbooking : j’ai intégré pas mal d’éléments nouveaux pour donner plus de vie à tout ça. J’ai aussi téléchargé et imprimé des images, des cartes, des illustrations, des infographies, etc. pour donner un aspect plus travaillé à mon carnet.

Ce qui est fabuleux avec les carnets de voyage, c’est qu’ils sont personnels et qu’on peut donc y mettre ce qu’on veut, comme on le veut. Il n’y a pas UNE seule façon de faire et surtout il n’y a pas de BONNE façon de le faire. Même s’il est affreusement moche, comme mes premiers essais, c’est le souvenir qui compte. C’est l’essentiel. Voici comment je procède, vous êtes libres de vous en inspirer ou non.

ÉTAPE 1
La récolte

Lors de mon voyage, je prévois d’emporter avec moi une pochette en carton, un carnet et un stylo. Ces petites choses prennent assez peu de place à l’aller, un peu plus au retour (pochette pleine oblige). Durant tout le séjour je récupère tout ce que je trouve et je garde tout ce qu’on me donne (carte de métro, tickets de caisse, entrées, prospectus, journaux en papier, je prends tout ce que je trouve à l’office de tourisme, je garde les emballages plastiques de mes biscuits favoris, etc. Le carnet me sert à noter toutes sortes d’informations qui me seront plus ou moins utiles par la suite. J’essaye d’écrire régulièrement mes impressions, mes envies, mes déceptions, mes visites, mon ressenti vis-à-vis de la population ou des activités. Je note aussi ce qui me choque ou ce qui me surprend agréablement. Il m’arrive de noter le prix de l’essence ou celui des produits d’hygiène. Cela me permettra ensuite de donner une idée assez proche de la réalité aux gens qui me liront sur le blog. Je note également le nom des gens que je rencontre ou les adresses que je visite (bonnes ou mauvaises).

J'emporte un petit carnet pendant le voyage et en recopie certaines parties par la suite
J’emporte un petit carnet pendant le voyage et en recopie certaines parties par la suite

Enfin, ce carnet me sert à faire mes comptes.
Je suis une psychopathe de l’organisation, alors quand je pars en voyage j’ai un budget assez strict que je veux respecter au maximum. D’autant plus que voyager peut parfois coûter cher, des mauvaises surprises arrivent toujours (comment ça le billet que j’ai trouvé hier à 480 euros est aujourd’hui à 630 ?).
Alors chaque jour ou presque, je note rapidement mes dépenses de la journée, d’autant plus quand je paye par carte. Ça me permet de mieux gérer mon budget. Malheureusement, ça ne marche pas à chaque fois : si j’ai réussi à maitriser aux USA (en rentrant même avec du cash), j’ai explosé le plafond en Suède (parce que y avait des choses trop cool à faire que je n’avais pas prévu… Oups).

Bref, de retour chez moi, je garde mes souvenirs en tête quelques temps. Je laisse tout ça mûrir, je montre mes photos à tout le monde (comme ces gens qui exhibent des photos de leurs bébés toutes les cinq minutes, même aux inconnus).

Il me faut un peu de temps pour digérer mes voyages, prendre un peu de recul et avoir une vision d’ensemble de tout ce que j’ai fait. C’est la raison pour laquelle je n’emporte pas avec moi tout le nécessaire pour faire mon carnet sur place. Non seulement c’est trop encombrant, mais je n’ai ni le temps ni la place de le faire.

ÉTAPE 2
Le choix

Quelques semaines/mois plus tard je m’attèle à mon journal. Tout d’abord, je fais une liste de tout ce que j’aimais ou pas sur l’ancien et je choisis mes matériaux en fonction.

Ce jour-là, je me prépare à passer la soirée à Broadway
Ce jour-là, je me prépare à passer la soirée à Broadway

1 – le cahier collé ne convient pas, il est trop épais et les pages s’arrachent. En revanche, le format me semble parfait : j’opte donc pour un cahier spirale 15 x 20.

2 – Il manque de vie, je ne veux plus mettre seulement les choses que je récolte : pourquoi ne pas acheter sur internet quelques kits de scrapbooking, dont l’univers correspond à ce que je veux rendre ?

3 – Les pages étaient trop fines, l’encre avec laquelle j’ai écrit passe au travers : pas de problème, je choisis un carnet avec des pages en 120g.

Et ainsi de suite. Ça peut durer longtemps cette histoire… Ensuite je choisis la direction à donner : plutôt chronologique, plutôt en fonction des lieux que j’ai visité, plutôt en fonction de la géographie, ou au hasard ?

Mon carnet sur l’Irlande est on ne peut plus chronologique : jour 1 ; jour 2 ; jour 3… c’est ce qui me paraissait le plus logique à ce moment-là et surtout pour ce premier carnet. Celui sur New York est fait en fonction des boroughs : Manhattan ; Brooklyn ; Queens… mais il respecte quand même une sorte de chronologie puisque nous avons bien souvent fait ces différents quartiers les uns à la suite des autres sans forcément y revenir (sauf Manhattan où nous sommes allées du début à la fin).

J'aime beaucoup jouer avec le format des images et des photos que j'utilise
J’aime beaucoup jouer avec le format des images et des photos que j’utilise

Pour la Suède, j’avais tout d’abord opté pour l’option « Project Life » : il s’agit d’un classeur/album photo où l’on trouve différents formats d’image, pour un rendu très propre, cela devait donner un nouvel effet à ce voyage. Ceci-dit, je ne pouvais pas faire comme je voulais, les choses étaient trop carrées à mon goût, je n’avais pas assez de liberté et de toute façon le classeur était beaucoup trop grand et encombrant. Je suis revenue au carnet à spirale que j’avais acheté pour New York et qui me correspond bien. Mon carnet sur la Suède est divisé en deux grandes parties : une première qui concerne la capitale, Stockholm, et une seconde sur Luleå, puisque nous avons séjourné plusieurs jours en Laponie. Ensuite, les pages se divisent en fonction des activités ou des lieux visités, mais pas nécessairement de manière chronologique.

ÉTAPE 3
LA CRÉATION

Il m’arrive d’étaler au sol tout ce que j’ai récolté. Ça me donne une idée de la matière. Je fais tout petit à petit, page par page, j’organise, je découpe, je colle, je réimprime à la bonne taille, je mesure, je dessine, je recopie ce que j’ai écrit dans mon carnet. Ça me prend des jours et des semaines pour arriver à bout d’un carnet tel que celui-là.

Le travail peut commencer
Le travail peut commencer

À la fin, il me reste bien souvent des choses que je n’ai pas intégrées ou que je ne sais pas où mettre. Si ça me tient à cœur, je garde. J’ajoute toujours une petite enveloppe à la fin du carnet pour garder tous les petits éléments qui ne vont nulle part mais qui font quand même partie du voyage. Le reste, qui n’a plus vraiment d’intérêt (ou qui n’en a jamais eu… J’ai tendance à rapporter n’importe quoi), je le jette.

J’aime sincèrement mes carnets parce qu’ils représentent le voyage que j’ai fait mais aussi la personne que je suis à un moment T et l’état d’esprit dans lequel je me trouve. Par ailleurs, je les vois évoluer au fur et à mesure : j’ai de nouvelles idées, je fais des essais (pas toujours concluants) qui font que mes créations vont toujours vers le mieux.

J’espère encore en faire et les garder le plus longtemps possible, les montrer à d’autres personnes dans plusieurs dizaines d’années. J’espère aussi pouvoir encore m’améliorer, développer de nouvelles techniques, etc.

Et vous ? Vous faites des carnets de voyage ? À quoi ressemblent-t-ils ? N’hésitez pas à m’envoyer des photos et à partager vos idées ou vos questions en commentaire.

Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir les univers de Stéphanie Ledoux ou de Titouan Lamazou que je trouve absolument stupéfiants et qui m’impressionnent beaucoup. Vous pouvez aussi vous plonger dans le livre L’art du carnet de voyage, écrit par Pascale Argod et publié chez Gallimard en 2014. Pour ceux que ça intéresse vraiment , il faut aller faire un tour au Rendez-vous du carnet de voyage, une manifestation artistique et littéraire autour du… carnet de voyage. Vous y trouverez des artistes, des expositions, des ateliers, des écrivains et plein d’autres surprises ! La prochaine édition aura lieu du 16 au 18 novembre à Clermont-Ferrand, peut-être qu’on s’y verra.

Besoin d’aide pour commencer un carnet ? Posez-moi toutes les questions que vous voulez et rappelez vous : le but c’est de réaliser un création à votre image, pas besoin d’être un artiste, ni même de savoir dessiner ou autre. Partagez des photos de vos carnets avec moi, je serais ravie de les intégrer à cet article pour montrer toutes les possibilités qui existent !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s