New York : de la démesure à la réalité (1/2)

CHAPITRE 1
Manhattan

New York, la ville de la démesure, la plus grande et la plus peuplée des États-Unis. J’ai toujours été impressionnée par ce que je voyais à la télé : ses buildings immenses, ses 9 millions d’habitants, ses boroughs, Times Square…

Je voulais visiter la ville qui ne dort jamais, m’enivrer de la foule et goûter aux délices de cette ville cosmopolite. Je voulais me saouler avec le bruit (merci Balavoine), me perdre dans ses rues si strictes, profiter de tout ce qu’elle a à offrir.J’y suis partie en mai 2016 pendant deux semaines avec ma sœur, comme d’habitude. Deux petites blondes parties pour l’aventure sur le nouveau continent, de l’autre côté de l’océan. Le mois de mai s’est révélé être un très bon choix : on n’a pas eu des billets à un prix très bas (600 euros aller/retour) mais il faisait très beau et chaud et nous n’avons pas subi la suffocation de la ville en plein été. On ne peut pas dire que nous avons évité la période touristique parce qu’à New York, les touristes sont là toute l’année, par tous les temps.

 

Sommaire

L’Empire State Building
La statue de la liberté
Le quartier d’Harlem
Assister à une messe pour écouter du Gospel
Le One World Trade Center
Times Square et Broadway
L’université Columbia
Central Park, Washington Square et Battery Park
Le Madison Square Garden

New York, c’est avant tout l’extravagance
Des hommes nus qui jouent de la guitare, des chanteurs/danseurs/acrobates dans les rues et les métros, des déguisements sur tous les thèmes et sans raison particulière, juste pour être remarqué, pour se distinguer de cette foule compacte de gens ordinaires : New York est une ville où tout semble permis, une liberté sans limites qui, encore une fois, est caractéristique de la grosse pomme uniquement. Je doute que le reste du pays lui ressemble… New York est aussi l’endroit où les gens viennent faire la fête : les émirs du Moyen-Orient, la jet set, le français lambda qui veut voir les clubs à l’américaine. À côté, nos boîtes de nuits sont ringardes, c’est sûr !
La skyline de Manhattan
La skyline de Manhattan
Une démesure à relativiser

Certes la ville est grandiose, énorme, elle s’étend sur des kilomètres, les buildings aussi (on en voit rarement la fin) et Times Square est selon moi l’endroit qui représente le mieux cette démesure : par la foule, par les panneaux publicitaires qui décorent les immeubles, trop grands, trop lumineux, la place de la consommation et du capitalisme par excellence. Mais ça ne représente pas entièrement New York. New York, c’est aussi les autres boroughs, sans les buildings, sans la publicité, bref sans tout ce tape-à-l’œil. Les rues sont très larges, c’est vrai. Les arrondissements sont eux-mêmes très étendus, mais nous avons été étonnées de voir que tout n’était pas extrême comme dans la légende : les McDo sont comme les nôtres, mis à part que les sandwichs sont différents (on s’adapte au pays évidement). Si vous demandez, vous pouvez obtenir une bouteille de Coca d’un litre, mais la plupart du temps, on ne vous demande pas votre avis et l’on vous sert des quantités relativement identiques aux nôtres.

Sans surprise, c’est à Manhattan que nous avons passé le plus de temps. Centre économique, financier et culturel, c’est le cœur de la ville de New York. On compte de très nombreux quartiers très différents, certains très chics (comme l’Upper East Side ou Greenwich village), d’autres très identifiés (comme Chinatown ou Little Italy), d’autres encore relativement industriels mais qui deviennent peu à peu à la mode (je pense à Soho par exemple). Manhattan est l’arrondissement le plus touristique, la destination de premier plan aux États-Unis. Il est évidemment très bien desservi, toutes les lignes de métro ou presque y passent. Manhattan, c’est finalement ce qu’on connaît de mieux de la ville avant d’y avoir été. C’est le visage de New York que nous voyons à la télé, dans les films, au JT.

Voici une petite liste des lieux que nous avons visité, il en manque évidemment, je n’ai mis que l’essentiel. Vous avez des coups de cœur qui ne font pas partie de ma liste ? Parlez-en moi en commentaire !

L’Empire State Building
L'empire State Building
L’empire State Building
Cet endroit donne une fantastique vue de la ville et c’est à ce point culminant que l’on se rend compte que c’est tout simplement immense. Cette ville n’a pas de fin, pas d’horizon, elle s’étend au loin. 36 € pour monter au 86e étage, c’est pas donné et c’est largement suffisant, on peut même aller sur un balcon à l’extérieur. Attention au temps cependant, on a vu les nuages arriver, on est montées quand même et, résultat : une vue complètement bouchée, de la pluie et du brouillard arrivées en haut. Quelle déception !

 

La Statue de la liberté
Miss Liberty
Miss Liberty (et une foule de visiteurs à ses pieds)

Miss Liberty, il faut la voir, surtout quand on est français (n’oublions pas qu’elle vient de chez nous) ! Elle est le symbole de la terre promise, la première chose que les immigrants voyaient en approchant des États-Unis. Elle était symbole d’espoir même si on sait ce qu’il est advenu d’eux par la suite…

En revanche, je ne vois pas l’intérêt d’aller sur l’île et de monter dans la statue : sur l’île, on ne voit rien et il y a trop de monde. Monter dedans, pourquoi ? C’est loin d’être la meilleure vue pour observer la Skyline. Alors nous avons décider de prendre le ferry vers Staten Island, gratuit (on est des radines), pour longer la Statue de la Liberté, profiter de son aura, tout en évitant les touristes agglutinés en dessous. Je ne dis pas qu’il n’y avait pas de touristes dans le bateau, au contraire, mais il y avait tellement de place qu’on était vraiment pas les uns sur les autres. L’aller-retour dure une grosse demi-heure, l’air frais nous fait du bien et la vue est vraiment top.

Le quartier d’Harlem
The riverside viaduct d'Harlem
The riverside viaduct d’Harlem
Il s’agit de l’une des bonnes surprises de notre visite : Harlem est un quartier particulièrement tourné vers la musique, qu’on entend partout dans les boutiques, les restaurants dans lesquels jouent des groupes midi et soir. On y sent une bonne ambiance, on se sent en sécurité, c’est un quartier majoritairement habité par des afro-américains qui apportent une culture particulière dont nous étions curieuse. Bref, partout et même le dimanche ça chante, ça danse, ça met de bonne humeur, les gens sont sympas et ouverts. On a choisi de visiter Harlem un dimanche, début d’après-midi, après la messe, très importante pour les gens du coin. C’est sûr qu’on est loin des buildings de Manhattan, mais l’architecture est typique de NY avec ses briques et ses rues droites. Une vraie belle découverte.
Les Brownstones d'Harlem
Les Brownstones d’Harlem
Nous avons « brunché » dans une taverne au top, dans une ambiance jazzy qui change de ce qu’on connaît. C’était la Harlem Tavern (2153 Frederick Douglass Blvd, New York, NY 10026) : super bonne ambiance, bon repas, bonne musique, bref rapport qualité/prix au top ! On a vraiment passé un bon moment.

 

Assister à une messe pour écouter du Gospel
La messe, parlons-en ! En ce moment, c’est l’attraction à la mode à New York. Avec son histoire et sa puissance, le Gospel est devenu peu à peu une curiosité pour les touristes du monde entier. Attention cependant : on ne va pas à une messe pour la quitter au milieu, un peu de respect. Même si des chants ponctuent les discours, le temps se fait long quand on est pas du tout croyants, comme nous : trois heures de messe, c’est vraiment long… Il faut y être préparé et assumer surtout !
Church of Saint Joseph of the Holy Family où nous avons assisté à la messe
Church of Saint Joseph of the Holy Family où nous avons assisté à la messe

Ceci dit, c’était une bonne expérience. Il y avait une bonne ambiance, les gens sont élégants et bienveillants, prêts à partager leur bonté avec nous. Nous étions vraiment admiratives du couple à nos côtés : costard violet et robe de gala, ils étaient à tomber, gentils et curieux à notre égard. Un vrai plaisir.

Malheureusement, avec des millions de touristes comme nous, le Gospel est devenu un vrai business. Il faut faire attention aux grandes églises trop touristiques qui demanderont des frais à l’entrée « pour l’amour de Dieu » : vous serez relégués à l’étage avec tous les autres touristes, reconnaissables à leurs énormes appareils photo qu’ils sont incapables d’éteindre pour quelques heures : c’est une messe, on respecte les consignes données. Je vous conseille de demander aux gens où ils vont à la messe, pour éviter les mauvaises surprises de ce genre et pour pouvoir partager un vrai moment de communion.

Le One World Trade Center
The One World Trade Center
The One World Trade Center
La tour a été inaugurée en 2014, 13 ans après les attentats du 11 septembre 2001 qui ont détruit les deux tours du World Trade Center. Un mémorial a également été érigé à l’endroit où se trouvait l’une des deux tours, extrêmement grand et superbe avec des cascades d’eau en son sein. Il s’agit de l’une des plus hautes tours de la ville, lieu de recueillement et de commémoration pour les victimes. Nous avons été très mal à l’aise devant le mémorial parce que les noms des victimes sont inscrits sur les côtés, parce qu’ils sont nombreux et parce que trop de gens prenaient des selfies en souriant devant. J’estime que nous devrions avoir un peu plus de respect pour toutes les vies qui ont été arrachées ce jour-là. Il me paraît important d’y faire un tour, pour se rendre compte de la grandeur de la tour, et pour nous rappeler ce qu’il s’est passé. En revanche, il ne me paraît pas utile de se comporter comme si rien n’était arrivé. Qu’en pensez-vous ?
Times Square et Broadway
Times Square est une place qui fait tourner la tête, qui rend presque malade, où on étouffe tellement le monde s’y presse. Et pourtant c’est enivrant. Le soir venu, l’éclairage des panneau lumineux nous donne l’impression d’être en plein jour. Tout est démesuré, hors du temps et hors du monde. Personnellement, je n’ai pas dû y rester plus d’une heure, écrasée par le monde et par le bruit. Mais c’était une expérience assez drôle. Nous y avons passé un peu de temps avant de nous rendre du côté des théâtres de Broadway et plus précisément au Lunt Fontanne Theater. Dans la file d’attente, les spectateurs étaient bien habillés, courtois et arrivaient bien souvent en taxis.
Le Lunt Fontanne Theater en fin de journée
Le Lunt Fontanne Theater en fin de journée

Le spectacle à Broadway est mon coup de cœur du voyage ! Qu’on soit fan de comédies musicales ou pas (j’avoue, je fais partie de cette partie de la population qui connaît toutes les chansons de Notre-Dame-de-Paris par cœur), c’est une expérience formidable et pleine d’émotion. On a pleuré, toutes les deux. D’abord, on était heureuses d’être là : j’étais personnellement en train de réaliser un de mes rêves et j’en étais pleinement consciente. Mais en plus, le spectacle est superbe, le son, la lumière, les jeux d’acteurs et l’histoire sont extraordinaires. Nous sommes allées voir Finding Neverland, l’histoire de la création de Peter Pan, adapté du film éponyme (dans lequel on retrouve le merveilleux Johnny Depp dans le rôle de J.M.Barrie). Je vous parle de mon expérience un peu plus en détail ici.

Attention ceci-dit, un spectacle coûte assez cher, il faut compter une centaine de dollars par personne, mais ça vaut vraiment le coup d’économiser un peu plus rien que pour ça. Je ne regrette absolument pas d’avoir vu ce spectacle je le referai lors de mon prochain voyage.

L’université Columbia
Columbia est la seconde grande université de New York. Elle fait partie de l’Ivy League, regroupant les huit universités les plus anciennes du pays. Elle est l’une des plus célèbres et des plus sélectives du monde et c’est aussi celle où a étudié Barack Obama. Elle compte plus de 30 000 étudiants et le taux d’admission est à peine supérieur à 6 %. Il faut débourser environ 50 000 dollars par an pour étudier entre ses murs… Nous n’avons pas tenté les concours d’entrée mais nous nous sommes baladées dans les boutiques où l’on trouve tous les vêtements floqués au nom de Columbia mais aussi tous les articles de papeterie et fournitures scolaires. On y trouve de tout et c’est vraiment super de voir ça. J’ai acheté mon petit pull comme si j’allais faire partie de cette élite…
Concernant la visite, c’était assez expéditif, il n’y avait personne au moment où nous y sommes allées et beaucoup d’endroits sont réservés aux étudiants et au personnel, nous ne pouvions pas pénétrer dans tous les bâtiments. En revanche, son emplacement est assez génial, niché en plein milieu de New York, entourée d’habitation huppées et de grands boulevards.

 

Central Park, Washington Square et Battery Park
Nous avons passé beaucoup de temps dans les parcs de la ville comme une envie, voire un besoin, de verdure et de calme. Enfin, du calme, on n’en a pas trouvé beaucoup car même en plein milieu de Central Park on entend la rumeur de la ville. Évidemment, c’est le plus connu, l’un des plus beaux et des plus fréquentés de New York. On y trouve tout un tas d’ambiances différentes, des terrains de sport, toute la population qui se mélange. On s’est arrêtées toute une après-midi pour lire un peu à l’ombre, se détendre, reposer un peu nos jambes endolories par les heures de marche.
Le paisible ponton de Battery Park
Le paisible ponton de Battery Park

Nous avons également passé du bon temps à Washington Square où une énorme fontaine trône au milieu de la place. Idéal pour se rafraîchir : les enfants s’y baignent, les adultes s’y rencontrent. Certains font du skate pendant que d’autres dansent. Des vendeurs proposent des glaces et des viennoiseries, bref c’est vraiment comme dans les films.

Battery Park est l’un des endroits que nous avons préféré. Il y avait beaucoup de moins de monde dans ce parc tout au sud de Manhattan. Il est très beau et la vue est superbe sur Newport et Jersey City. On aperçoit aussi Ellis Island et La Statue de la Liberté.

Le Madison Square Garden

Il s’agit d’une salle omnisports mondialement connue où des matchs importants des Knicks (basket) ou des Rangers (hokey) se jouent mais aussi des concerts, des spectacles, etc. Le bâtiment a une histoire longue et intéressante mais malheureusement il est impossible de pénétrer dans l’enceinte si on ne s’y rend pas pour voir un quelconque match. À moins d’avoir prévu quelque chose, inutile de se donner la peine d’aller jusque là-bas.

Bien sûr, il existe encore de très nombreux sites à visiter et à voir. N’hésitez pas à me dire ce que vous avez aimé ou non !

Battery Park
Battery Park

Ce voyage à New York a été une expérience étonnante mais la jeune fille de 15 ans que j’étais a vu son rêve se briser : je ne pourrais pas vivre dans cette ville de façon permanente ! Même si on est emporté dans le tourbillon du quotidien, c’est épuisant : trop de bruit, trop de monde, tout va trop vite, c’est juste bien pour les vacances.

New York est une ville de toutes les couleurs, qui ne cache pas certains aspects négatifs. Pas mal de racisme : des communautés qui ne se mélangent pas ou peu, peur des afro-américains qui vivent dans le Bronx ou à Brooklyn, clichés en pagaille sur la violence des noirs et sur le vice des asiatiques, etc.
Il y a aussi ce capitalisme à l’extrême qui peut être déroutant. Par ailleurs, les New Yorkais ne parviennent pas à comprendre le fait qu’on veuille faire un travail qui nous plaît plutôt qu’un travail qui rapporte gros (je suis libraire, je ne vais pas vous faire un dessin). À New York, et probablement dans les autres grandes métropoles américaines, on ne fait pas des études qui nous intéressent, on veut juste faire de l’argent.

Malgré tout, ça a été un voyage magnifique, plein de rencontres parce que les New Yorkais sont super accueillants et discutent très facilement. Ils sont curieux et avenants et il est donc facile d’entamer la discussion. Le métro n’est pas si compliqué que ça à comprendre une fois qu’on a capté la mécanique (contrairement à tout ce que j’avais lu dans différents guides – du style Routard ou Lonely Planet – dont je ne citerai pas les noms), on ne s’est trompées de sens que deux fois en quinze jours !!! On a aussi raté notre arrêt plusieurs fois, mais ça c’est la fatigue, le retour dans le Queens faisait office de sieste la plupart du temps…

Publicités

2 commentaires sur « New York : de la démesure à la réalité (1/2) »

  1. Salut salut Jud’ !
    Super article !
    On sent ta passion du voyage mais aussi de l’écriture ! C’est merveilleux ! Ce fut très agréable de te lire ! Heureuse de te voir épanouie !
    Bisous bisous
    Asma (ex voisine lol)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s